Skip to content

9-L’urbanisme

« GMH prendra toutes les mesures utiles pour favoriser l’extension de l’habitat et la croissance de la population de la commune, en s’assurant de ne pas altérer l’aspect, ni défigurer ce qui fait son caractère ».

Partout où c’est possible, GMH veut faire progresser la mixité, en promouvant un équilibre harmonieux entre les différents types de logements (sociaux et moyens), les bureaux, les commerces et les PME. Et le meilleur moyen en est une politique proactive plutôt que réactive.
Des grands équilibres des quartiers (mobilité, densité, patrimoine et espace verts) sont à prendre en compte. Le débat avec les habitants est à accepter chaque fois que cela est nécessaire avec une information correcte sur le suivi donné. Des solutions appropriées doivent être mises en place, comme par exemple pour le quartier du square des Archiducs qui va subir prochainement de profonds changements
L’abus de procédures judiciaires longues et coûteuses pour tous est à éviter. Nous préférons plutôt des processus de concertation et de recherche de solutions correctes et respectueuses des droits de chacun.
GMH désire soutenir la division de grandes maisons pour augmenter le nombre de logements ainsi que la conversion de bureaux vides en habitations, dans le respect du code du logement.
GMH souhaite que tout citoyen qui s’adresse au service d’urbanisme de Watermael-Boitsfort y trouve une écoute attentive, le traitement équitable de son dossier et toute l’assistance dont il a besoin pour ses projets de construction ou de rénovation.
Les critères exigés pour la rénovation des bâtiments et de leurs abords devraient être adaptés aux exigences actuelles, pour inciter les propriétaires de constructions vétustes à les rénover plus rapidement à des prix abordables.
GMH veut que la commune de Watermael-Boitsfort soit activement impliquée dans le traitement des dossiers des grands projets qui s’annoncent en bordure de la commune, comme le projet Delta sur Auderghem ou le projet Aspria sur Bruxelles en anticipant les conséquences sur le plan urbanistique et de la mobilité et en participant à la mise en place de solutions appropriées. Nous voulons éviter la répétition de la façon de travailler qui a été utilisée pour le quartier de logement social Ernotte, réalisé sans concertation préalable !

 

Publicités
One Comment leave one →
  1. Scheppers Claude permalink
    4 octobre 2012 15:08

    Pourquoi se borner à « affecter » les bâtiments publics innocupés à des logements ,alors qu’il existe des maisons particulières vides et laissées à l’abandon depuis de nombreuses années . Ces maisons feraient le bonheur de nombre de personnes désireuses d’acquérir un logement. Par ailleurs s’il manque des fonds publics pour rénover le parc des habitations sociales ,pourquoi ne pas les mettre en vente ,ou en location sous condition de les remettre en état. Il me semble qu’il y a là matière à réflexion.
    Je sais que les zones dites de « recul » ne sont pas prévues comme parking . Mais lorsque l’on n’a pas de garage et que l’on dispose d’une zone de recul ,pourquoi ne pas pouvoir y apposer une intrediction de stationner??

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :